Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/52

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Notre adoration, notre autel, notre Louvre,
C’est la vertu qui saigne ou le matin qui s’ouvre ;
Les grands levers auxquels nous ne manquons jamais,
C’est Vénus des monts noirs blanchissant les sommets ;
C’est le lys fleurissant, chaste, charmant, sévère ;
C’est Jésus se dressant, pâle, sur le calvaire.

22 novembre 1854.