Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/79

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et s’adjuger, derrière une grille solide,
Des fleurs que le Temps garde en habit d’invalide.
Quant aux morts indigents, on leur donne congé ;
On chasse d’auprès d’eux le sanglot prolongé ;
Et le pauvre n’a pas le droit de pourriture.
Un jour, on le déblaie. On prend sa sépulture
Pour grandir d’une toise un monument pompeux.
— Misérable, va-t’en. Deviens ce que tu peux.
Quoi ! Tu prétends moisir ici parmi ces marbres,
Faire boucher le nez aux passants sous ces arbres,
Te carrer sous cette herbe, être au fond de ton trou
Charogne comme un autre, et tu n’as pas le sou !
Qu’est-ce que ce mort-là qui n’a rien dans sa poche !
Décampe. — Et la brouette et la pelle et la pioche
Arrachent le dormeur à son dur traversin.
Sus ! Place à monseigneur le sépulcre voisin !
Ce n’est rien d’être mort, il faut avoir des rentes.
Les carcasses des gueux sont fort mal odorantes ;
Les morts bien nés font bande à part dans le trépas ;
Le sépulcre titré ne fraternise pas
Avec la populace anonyme des bières ;
La cendre tient son rang vis-à-vis des poussières ;
Et tel mort dit : pouah ! Devant tel autre mort.
Le gentleman, à l’heure où l’acarus le mord,
Se maintient délicat et dégoûté. C’est triste.
Et j’en ris. Le linceul peut être de batiste !
Chez vous, oui, sous la croix de l’humble Dieu Jésus,
Les trépassés à court d’argent sont mal reçus ;
L’abîme a son dépôt de mendicité ; l’ombre
Met d’un côté l’élite et de l’autre le nombre ;
On n’est jamais moins près qu’alors qu’on se rejoint ;
Dans la mort vague et blême on ne se mêle point ;
On reste différent même à ce clair de lune ;
Le peuple dans la tombe a nom fosse commune.
La tombe impartiale ! Allons donc ! Le ci-gît
Tantôt se rétrécit et tantôt s’élargit ;