Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome X.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ah ! Ces gueux devant qui ma jeunesse eût frémi,
Pires que Mérimée et Planche, nains horribles,
Ces drôles, que je n’eusse enfin pas crus possibles
Jadis, quand d’espérance, hélas ! Je m’enivrais,
N’ont pas la probité d’être des monstres vrais.