Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/198

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXII ÉPITAPHES D’ENFANTS


Enfant, que je te porte envie !
Ta barque neuve échoue au port.
Qu’as-tu donc fait pour que ta vie
Ait sitôt mérité la mort ?

II

Entre au ciel. La porte est la tombe.
Le sombre avenir des humains,
Comme un jouet trop lourd qui tombe,
Échappe à tes petites mains.

III

Qu’est devenu l’enfant ? La mère
Pleure, et l’oiseau rit, chantre ailé.
La mère croit qu’il est sous terre,
L’oiseau sait qu’il s’est envolé.