Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XII.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



La cour se retira. -L'on voyait dans.la salle
Le peuple fourmiller.
Enfin l'aube apparut comme une vierge pâle
Que l'homme va souiller.

Les portes du conseil, de bronze revêtues,
S'ébranlèrent alors;
Et l'on vit, à pas lents, comme douze statues
Rentrer les douze lords.

Le juge en cheveux blancs, debout, parlant au comte,
Dit: -Nos jours durent peu.
Puisque cet homme au roi ne veut pas rendre compte,
Il rendra compte à Dieu.

I ÉCRIT SUR LE MUR DE VERSAILLES.

Sachez qu'on va dresser dévant la Tour de Londre
Un grand échafaud noir.
Lord comte Hugo Dundas, qù'avez-vous à répondre?
Vous mourrez demain soir. -
Alors un de ces cris, qui font que l'effroi monte
Jusqu'au juge inquiet,
Retentit sous la voûte... -On regarda le comte;
Le comté souriait.

Il dit: -Adieu la vie! -'Et; sans troùble dans l'âme,
Il salua la cour
Puis se tournant vers l'ombre où pleurait une femme,
-Adieu, dit-il, amour!

14 janvier 1844. ==