Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Oh! recueille ce chant, âme blessée et fière!
Cette aube qui se lève en toi, c'est le vrai jour.
Ne crains plus rien! Dieu fit tes yeux pour la lumière,
Ton âme pour le ciel et ton coeur pour l'amour!

Regarde rayonner sur ton destin moins sombre
Ce soleil de l'amour qui pour jamais te luit,
Qui, même après la mort brille, sorti de l'ombre,
Qui n'a pas de couchant et n'aura pas de nuit!

9 novembre 1845.