Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/151

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


PENDANT QU'ELLE DORT==


Je dirais à l'abeille: accours, mouche vermeille,
Viens, elle dort, bourdonne autour de son chevet!
Si l'abeille
Me suivait.

Je dirais à la rose: embaume quelque chose
Pour elle, pour ta soeur qui rêve et qui se tait!
Si la rose
M'écoutait.

Je dirais à l'étoile: Astre, à travers son voile
Jette un rayon au coeur que mon coeur attendait!
Si l'étoile
M'entendait.

Je dirais au ciel bleu: sur la terre tout change.
Cieux, laissez-nous entrer aux éternels palais!
Si, mon ange,
Tu voulais!

31 mai 1874.