Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/179

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L'EMPEREUR
Ami, j'ai gagné cent batailles,
J'ai pris cent villes. Tout me sert!
J'ai constellé de mes mitrailles
Les pyramides du désert.

J'ai brisé des rois centenaires
Et j'ai fait rois mes compagnons.
Le Dieu d'en haut a ses tonnerres,
Moi, Dieu d'en bas, j'ai mes canons.

Je puis rajeunir et refondre
L'Europe, vieux monde épuisé.

Un de ces jours je prendrai Londre.
Tout cela. n'est pas malaisé.

Mais la difficulté suprême;
Plus haute que remparts et tours,
C'est de faire qu'une fille aime
Autre chose que ses amours.

22 mai 1846.