Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/190

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Viens! l'heure passe. Aimons-nous vite!
Ton coeur, à qui l'amour fait peur,.
Ne sait s'il cherche ou s'il évite
Ce démon dupe, ange trompeur.

En attendant, viens au bois sombre.
Soit. N'accorde aucune faveur.
Derrière toi, marchant dans l'ombre,
Le poète sera rêveur;

Et le faune, qui se dérobe,
Regàrdera du fond des eàux
Quand tu relèveras ta robe
Pour enjamber les clairs ruisseàux.

2 juin.

LXI Tous deux