Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/255

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


suis.

SYLVIA
Je vous donne mes jours !

SYLVIO
Ô ma beauté suprême !
Gardez les jours, donnez les nuits !

XI André et Lise


ANDRÉ
Je te jure un amour-éternel !

LISE, souriant.
Calme-toi !
Parlons net. Et soyons fripons de bonne foi.

ANDRÉ
Lise !

LISE, caressante.
Dispense-toi, cher amant, de poursuivre.
André, pour de l’or faux je donne du vrai cuivre ;
Des serments d’un menteur mon cœur est peu friand ;
Je suis franchement fourbe, et je paye en riant
Tes écoute-s’il-pleut, d’un va-t’en-voir-s’ils-viennent.
Fous qui font des serments et niais qui les tiennent !
Tu me feras des traits et je te les rendrai.
André brûle pour Lise et Lise adore André,
Mais Lise berne André comme André trompe Lise.
Amour est notre autel, Caprice est notre église ;
On se suit aujourd’hui pour se quitter demain ;
D’ailleurs, être autrement, c’est n’avoir rien d’humain ;
La passion finit par une pirouette ;
Homme veut dire vent et femme gir