Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/28

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


X A cette heure de nuit


A cette heure de nuit où l'homme vague et trouble,
Chair, âme, entre la terre et le ciel se sent double,
Quelquefois, à l'instant où. je vais m'endormir,
Où tous les flots de l'ombre en moi viennent frémir,
Une idée apparaît à mon esprit, et passe;
Ou quelque vers profond serpente dans l'espace,
Espèce de poisson ondoyant du sommeil;
Un moment je l'admire, étrange, obscur, vermeil,
Et, si je veux le prendre, il fuit, se mêle aux ombres,
Et s'enfonce à jamais dans les profondeurs sombres.

9 mars 1856.

Après avoir perdu cette nuit. Un vers que je regrette.

XI Le couchant flamboyait