Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


our-major.
Et ma grand’mère — farandole ! —
Etait belle comme une idole
Dorée en or :

La dame, point avariée,
Etait duchesse et mariée
A de l’argent.
Et mon grand-père — la bourrée ! —
Lui dit. un. soir Mon adorée,
Je suis sergent.

Et mon grand-père à ma grand’mère
Proposa de faire mon. père
En s’échauffant ;
Mais ma grand’mère — la gavotte !
Mais ma grand’mère était dévote,
Et fit l’enfant.

16 février.

XIX AIR DE LA PRINCESSE D’ORANGE


Viens, ô toi que j’adore.
Ton pas est plus joyeux
Que le vent des cieux ;
Viens, les yeux de l’aurore
Sont divins, mais tes yeux
-Me regardent mieux.