Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/357

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Ô sombre femme, un jour, n'ayant plus de royaume,
Spectre, tu paraîtras devant le grand fantôme;
Et lui, l'être idéal, le seul. être vivant,
Il te dira: -Qu'es-tu?

Tremblante, comme au vent
La branche morte, hélas, tu diras: -J'étais reine.

- Étais-tu femme?

-Ô Dieu, ma jeunesse sereine
Fut belle et douce aux bras d'un mari triomphant;
J'eus la puissance avec le bonheur; tout enfant,
Je portais un grand sceptre antique et noir de rouille.

- Le sceptre importe peu. Que faisait ta quenouille
Pendant que tout un peuple'à tes pieds se courbait?
Réponds. Qu'as-tu filé?

-La corde du gibet.

24 novembre 1867.

Hier ont été pendus à Manchester les trois fenians Larkin, Alton et Gould.