Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXVIII J'aspire à m'enfouir sous les arbres


J'aspire à m'enfouir sous les arbres. Je suis
Comme ces animaux sauvages que des hommes
 
Ont pris, saisis, traînés dans la ville où nous sommes,
Et qui, dans une cage enfermés tristement,
Voyant la face humaine avec étonnement,
Font tous les mouvements d'un serpent qui se sauve,
A travers les barreaux passent leur museau fauve,
Et sombres, effarés, pensifs, cherchent à voir
Quelque taillis épais, quelque buisson bien noir,
Un trou profond caché dans un fouillis champêtre,
Où tout a coup dans l'ombre ils puissent disparaître

== XXIX À