Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXX Si dans ce grand Paris,


Si dans ce grand Paris, ô charmante infirmière
Qui jetez dans notre ombre un regard de lumière,

Quelque-mitraille ou quelque obus, présent de roi,
Me fait l'insigne honneur de s'abattre sur moi,
Ou si quelque hulan m'octroie un coup de lancé,
Je ne me ferai pas porter à l'ambulance
Où votre pitié douce accueille le blessé,
Où sur tant de douleurs votre oeil tendre est baissé;
Je n'irai point, de peur, infirmière adorable,
En m'en allant guéri, de sortir incurable.

XXXI CALOMNIÉ