Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIII.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Un trop lourd projectile a peine à s'élever;
Trop d'intervalle empêche un caillou d'arriver;
Une sphère, lapide, en vain, une autre sphère.
Sachez que le premier grimaud venu peut faire
Des mensonges abjects qui jusqu'au soir vivront,
Mais qu'il est malaisé de jeter un affront,
Assez haut pour qu'il aille atteindre un honnête homme.
Un gueux se fait payer, il empoche la somme;
Puis calomnie. Eh bien, nul effet. Voyez-vous,
Celui qui se sent juste, et qui, sévère, est doux,
Qui n'a jamais fait m'al qu'au mal, qui fut fidèle
A l'honneur comme l'est à son nid l'hirondelle,
Qui pour combattre et puis faire grâce, a vécu,
Qui n'a jamais dit Non à l'ennemi vaincu,
Qui veut tous les devoirs et ne veut aucun rôle,
Peut défier la haine; et c'est pourquoi tel drôle,
Vil, fait pour les bas-fonds et non pour les sommets,
Qui m'insulte toujours, ne m'offense jamais: