Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Tais-toi, proscrit.

On sent de l’ironie au fond
Du murmure des flots comme du bruit des hommes.
Dans cette brume où tous pêle-mêle nous sommes
On jette sa pensée, inutile semeur ;
L’insulte est par moments distincte en la rumeur
Que fait autour de vous la vie universelle’ ;
On rêve ; l’océan,.plus grand que vous, chancelle ;
On est chez l’étranger qui, froid, libre et jaloux,
Aime chez lui le droit et le tyran chez vous’ ;
On regarde l’anglais admirer Bonaparte ;
On voit cette Carthage où brille un peu ’de Sparte,
Londre, à quiconque opprime autrui tendre la main.
On marche seul, on suit à pas lents son chemin
Dans ce désert, la foule… - O nostalgie amère ! —
On passe regardé de travers, comme Homère.

15 juillet.