Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



L’ivresse-émeut les vieux et reflue aux enfants ;
Tous les. Napoléons petits sont triomphants ;
Louis traite Conneau, Nisus fête Euryale.
La cour est au balcon ; la garde impériale
Défile altière, et fait, devant ces frais minois,
Sonner la grosse caisse et le chapeau chinois.
Ces belles ! allez donc leur parler des famines !
Ah ! comme elles riraient, ces augustes gamines !
On est le joyeux crime et le joyeux péché ;
On a des aumôniers par-dessus le marché,
Payés pour ajuster à cela l’évangile.
Le soir, au fond du parc, ces dames, ô Virgile,
Sous les buissons, où glisse un bruit de taffetas,
Dans l’ombre, avec César qui devient Amyntas,
Font des églogues, presque aussi décolletées
Que tes Amaryllis et que tes Galatées.

H. H., 9 décembre.