Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Que de mes entrailles
Sorte le grand mot
Qui court aux murailles
Et donne l’assaut !

Le mot que le bonze
Craint plus, mage impur,
Qu’un bélier de bronze
Au pied de son mur !

Le mot qu’à Florence.
Dit Dante irrité ;
Le mot Espérance !
Le mot Liberté !

Que chaque vers chante
Et soit un guerrier !
Que la strophe ardente
Se mette à crier !

Que ce fier poème,
Apre, ouvrant son flanc,
Semant l’anathème,
Bondissant, mêlant

Au choc de l’épée
Le pas du lion,
Semble une épopée
En rébellion !

Que, hors de la tente,
Devant l’escadron,
L’Idée éclatante
S’allonge en clairon !