Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/328

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



C’est la terre des gueux qui brisèrent les princes ;
On referait l’Yssel, l’Amstel, les sept Provinces,
Pourvu que, sous un ciel de pluie, on accouplât
L’herbe au jonc, et l’eau morte avec, le pays plat ;
Mais ce qu’on ne saurait refaire, c’est la flamme
Qui dans ce petit. peuple a mis une grande âme.

Juillet-août 1861

XXIV Voyons, d’où vient le verbe ?