Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/332

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXVI Tout est doux et clément !


Tout est doux et clément ! astres ou feux de pâtres,
Tout ce que nous suivons de nos yeux idolâtres
Tient de Dieu sa clarté.
Il est dans les soleils comme il est dans les roses.
L’atome est plein de gloire, et les plus grandes choses
Sont pleines de bonté.

Ainsi l’étoile d’or, cette splendeur suprême,
Ne se contente pas de faire voir Dieu même
A l’oeil du genre humain,
Elle, prend en pitié la, nacelle qui flotte,
Se fait humble, et d’en haut souriant au pilote
Lui montre son chemin !

XXVII Un souffle rajeunit la forêt décrépite