Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Le choeur.

Tu seras riche, heureux, beau, puissant, triomphant ;
Tu trôneras, calife, au dos d’un éléphant ;
Tu tiendras dans ta main la pomme impériale ;
Tu seras plus aimé qu’Atys ou. qu’Euryale ;
Femmes dans ton sérail, chevaux ’dans tes haras,.
Tu posséderas tout; et, quand tu dormiras,
Des déesses, dansant avec un bruit de lyres,
Pâles, te berceront de splendides sourires ;
Et les peuples, devant ton front si radieux,
Croiront te voir briller de la lueur des dieux.
C’est bien ; -tu vivras fier, grand, ivre de toi-même,
Tranquille, oubliant l’heure où le sépulcre blême
S’ouvre immense, confus et noir comme la mer.

Soudain, tu sentiras passer un souffle d’air,
Et tu t’envoleras, force, orgueil, renommée,
Sans faire plus d’effet au vent que la fumée.

XLVI On a de chauds clients