Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/497

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Un rossignol faisait visite à des chouettes
Si souvent qu’à la fin, notez ceci, poètes,
Les chouettes disaient : « Le vilain animal !
Comme il est ennuyeux et comme il chante mal ! »
28 avril 1847

Que de nuit dans ta gloire; ô Versailles !
O siècle de Louis, mêlant sur son pavois
La splendeur de Molière aux crimes de Louvois !
Règne pompeux, rongé de lèpre et de vermine !
Une femme empoisonne, une femme extermine ;
La Maintenon est spectre après la Brinvilliers.
[1856-1858]

Je compare à nos espérances,
A nos rêves, à nos regrets,
Ces lueurs et ces transparences
Qu’on voit le soir dans les forêts.
[1859-1860]

Guerre ! le tambour bat. Guerre ! on entend les cuivres
Et les clairons chanter comme des bouches ivres,
Et les tocsins sonner ;
On voit sur les cités, dont leur ongle étreint l’âme,
Le lion incendie et la crinière flamme
Rugir et frissonner.
[1872]
[1858-1859]
[1859-1860]