Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



[1852]
Le progrès tue les bêtes de la nuit, le mal et l’impur.
La porte de clarté sur notre monde noir
Ouvrira ses battants splendides, sans savoir
Si, tandis qu’elle épand l’aube à nos fronts difformes,
Le cloporte écrasé meurt, daris ses gonds énormes.
[1870-1872]

À UN CRITIQUE
Un aveugle a le tact très fin, très net, très clair ;
Autant que le renard des-bois, il a le flair ;
Autant que le chamois des monts, il a l’ouïe ;
Sa sensibilité, rare, exquise, inouïe,.
Du moindre vent coulis lui fait un coup de poing.
Son oreille est subtile et délicate au point
Que.lorsqu’un oiseau chante, il croit, qu’un.taureau beugle.
Quel flair ! quel tact ! quel goût ! Oui, mais il est aveugle.
Octobre 1866