Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Poésie, tome XIV.djvu/70

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


XXVI À UN ENNEMI INCONSCIENT


Désespérér de toi, valet du vestiaire ?
Pourquoi ? Le ciel est grand, Dieu n’a pas de frontière,
Qui sait ? Peut-être, un jour, te sera-t-il donné ’
D’être Saint-Paul, vers l’aube éternelle entraîné ;
Car aujourd’hui féroce, ignorant et stupide,
Tu gardes les manteaux pendant qu’on nous lapide.

1e, juillet 1875.

XXVII Est-ce mon siècle,