Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome II.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
82
NOTRE-DAME DE PARIS.

— Vous avez là une jolie bête, dit Gringoire.

— C’est ma sœur, répondit-elle.

— Pourquoi vous appelle-t-on la Esmeralda ? demanda le poëte.

— Je n’en sais rien.

— Mais encore ?

Elle tira de son sein une espèce de petit sachet oblong suspendu à son cou par une chaîne de grains d’adrézarach. Ce sachet exhalait une forte odeur de camphre. Il était recouvert de soie verte, et portait à son centre une grosse verroterie verte, imitant l’émeraude.

— C’est peut-être à cause de cela, dit-elle.

Gringoire voulut prendre le sachet. Elle recula. — N’y touchez pas. C’est une amulette ; tu ferais mal au charme, ou le charme à toi.

La curiosité du poëte était de plus en plus éveillée.

— Qui vous l’a donnée ?

Elle mit un doigt sur sa bouche et cacha l’amulette dans son sein. Il essaya d’autres questions, mais elle répondait à peine.

— Que veut dire ce mot : la Esmeralda ?

— Je ne sais pas, dit-elle.

— À quelle langue appartient-il ?

— C’est de l’égyptien, je crois.

— Je m’en étais douté, dit Gringoire, vous n’êtes pas de France ?

— Je n’en sais rien.

— Avez-vous vos parents ?

Elle se mit à chanter sur un vieil air :

Mon père est oiseau,
Ma mère est oiselle,
Je passe l’eau sans nacelle,
Je passe l’eau sans bateau.
Ma mère est oiselle,
Mon père est oiseau.

— C’est bon, dit Gringoire. À quel âge êtes-vous venue en France ?

— Toute petite.

— À Paris ?

— L’an dernier. Au moment où nous entrions par la Porte-Papale, j’ai vu filer en l’air la fauvette de roseaux ; c’était à la fin d’août ; j’ai dit : L’hiver sera rude.

— Il l’a été, dit Gringoire, ravi de ce commencement de conversation ; je l’ai passé à souffler dans mes doigts. Vous avez donc le don de prophétie ?

Elle retomba dans son laconisme.

— Non.