Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome II.djvu/462

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
438
LE MANUSCRIT DE NOTRE-DAME DE PARIS.

Feuillet 5, recto. — La date 1er septembre marque le passage où Victor Hugo reprit son travail ; c’était à l’alinéa : S’il pouvait nous être donné, à nous hommes de 1830, etc.

Feuillet 13, recto. — Le chiffre et le titre du chapitre ii : Pierre Gringoire, ont été ajoutés en marge. Primitivement, le Livre premier n’était pas divisé par chapitres. Les indications des chapitres iii, iv, v et vi sont pareillement écrites en marge.

Feuillet 36, recto. — 15 7bre 1830. Cette date se lit au commencement du Livre deuxième.

Feuillet 47, recto et verso. — Dans le chapitre : Besos para golpes, après la phrase : Quasimodo se plaça devant le prêtre, fit jouer les muscles de ses poings athlétiques, et regarda les aßaillants avec le grincement de dents d’un tigre fâché, Victor Hugo a biffé les lignes suivantes :

Cependant le duc d’Égypte, vieillard basané au regard pénétrant, avec un nez d’oiseau de proie et une gerbe de rides à chaque coin des yeux, vint examiner l’archidiacre de près. Il retourna vers ses confrères les argotiers et les galiléens, et déclara qu’il était prêt à donner toute la peau de son corps pour la moindre parcelle de la soutane de l’archidiacre.

Feuillet 48, verso. — Dans les premières lignes du chapitre : Les inconvénients de suivre une jolie femme le soir dans les rues, la phrase : Si Gringoire vivait de nos jours, quel beau milieu il tiendrait entre le claßique et le romantique ! est en renvoi, au haut de la marge, ainsi que les deux phrases qu’elle précède.

Feuillet 69, verso. — Dans Une nuit de noces, la chanson de la Esmeralda : Mon père est oiseau, etc., est aussi une addition marginale.

Feuillet 74, recto. — Dans le chapitre : Notre-Dame, on lit : Repris le 16 octobre, avant l’alinéa : C’est ainsi que l’art merveilleux du moyen-âge, etc.

Feuillet 79, recto. — Le commencement du chapitre : Paris à vol d’oiseau, est daté : 18 janvier 1831. Victor Hugo avait bien terminé son roman le 15 janvier 1831, mais il avait réservé cet important chapitre, qui fut plus tard inséré à sa place dans le manuscrit, mais par lequel il a, en réalité, fini d’écrire Notre-Dame de Paris. Il le livra à l’imprimeur par fragments. C’est ainsi qu’il annonce en marge du même feuillet 79 : Ceci est la sélection II du livre trois. Je donnerai la fin après-demain matin. — V. H. Ce lundi. Le fragment s’arrêtait au milieu d’une phrase, sur ces mots : C’était une cité formée de deux couches seulement, la couche romane et la couche gothique. Avec le feuillet 94, nous avons l’achèvement de la phrase et la continuation du chapitre. Ce feuillet porte en marge un nouvel avis : Suite de Paris à vol d’oiseau. (Il y aura encore quatre pages que je donnerai demain.) Le chapitre prend fin au verso du feuillet 97, où l’on voit comme date : 2 février 1831.

Feuillet 84, verso (même chapitre). — En regard de l’alinéa où il parle du « royal et magnifique Louvre », Victor Hugo a écrit : Les monuments actuels sont des contresens de pierre.