Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/238

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Ainsi, sitôt les vingt-quatre heures de trêve expirées, la lutte allait s’engager dans les conditions que voici :

Sur le plateau et dans la forêt, on était quatre mille cinq cents.

Dans la tour, dix-neuf.

Les noms de ces dix-neuf assiégés peuvent être retrouvés par l’histoire dans les affiches de mise hors la loi. Nous les rencontrerons peut-être.

Pour commander à ces quatre mille cinq cents hommes qui étaient presque une armée, Cimourdain aurait voulu que Gauvain se laissât faire adjudant-général. Gauvain avait refusé, et avait dit : — Quand Lantenac sera pris, nous verrons. Je n’ai encore rien mérité.

Ces grands commandements avec d’humbles grades étaient d’ailleurs dans les mœurs républicaines. Bonaparte, plus tard, fut en même temps chef d’escadron d’artillerie et général en chef de l’armée d’Italie.

La Tour-Gauvain avait une destinée étrange ; un Gauvain l’attaquait, un Gauvain la défendait. De là une certaine réserve dans l’attaque, mais non dans la défense, car M. de Lantenac était de ceux qui ne ménagent rien, et d’ailleurs il avait surtout habité Versailles et n’avait aucune superstition pour la Tourgue, qu’il connaissait à peine. Il était venu s’y réfugier, n’ayant plus d’autre asile, voilà tout ; mais il l’eût démolie sans scrupule. Gauvain était plus respectueux.

Le point faible de la forteresse était le pont ; mais dans la bibliothèque, qui était sur le pont, il y avait les archives de la famille ; si l’assaut était donné là, l’incendie du pont était inévitable ; il semblait à Gauvain que brûler les archives, c’était attaquer ses pères. La Tourgue était le manoir de famille des Gauvain ; c’est de cette tour que mouvaient tous leurs fiefs de Bretagne, de même que tous les fiefs de France mouvaient de la tour du Louvre ; les souvenirs domestiques des Gauvain étaient là ; lui-même, il y était né ; les fatalités tortueuses de la vie l’amenaient à attaquer, homme, cette muraille vénérable qui l’avait protégé enfant. Serait-il impie envers cette demeure jusqu’à la mettre en cendres ? Peut-être son propre berceau, à lui Gauvain, était-il dans quelque coin du grenier de la bibliothèque. Certaines réflexions sont des émotions. Gauvain, en présence de l’antique maison de famille, se sentait ému. C’est pourquoi il avait épargné le pont. Il s’était borné à rendre toute sortie ou toute évasion impossible par cette issue et à tenir le pont en respect par une batterie, et il avait choisi pour l’attaque le côté opposé. De là, la mine et la sape au pied de la tour.

Cimourdain l’avait laissé faire ; il se le reprochait, car son âpreté fronçait le sourcil devant toutes ces vieilleries gothiques, et il ne voulait pas plus l’indulgence pour les édifices que pour les hommes. Ménager un château, c’était un commencement de clémence. Or la clémence était le côté faible de Gau-