Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/384

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Mme de Choiseul était capable d’avoir une bâtarde, elle était femme du monde (galante).

levacher, ancien officier, n’était pas d’humeur souffrante, et, se voyant bafoué, a mis l’épée à la main.

M. Portail (1723) est premier président. Il y a longtemps qu’il faisait des menées pour ce morceau.

La première chambre des enquêtes s’appelait le Cabinet du Parlement.

L’avocat Labarre, grand homme sec en perruque noire, vient tous les jours au pilier des consultations et n’est jamais consulté.

Il est de maison à être duc.

Convulsionnaires rue Saint-Honoré. Une femme nommée Nicette y danse sur la tête, jupes tombantes, attitude peu propre à la canonisation, dit Barbier.

Cette fille, quoique âgée de quarante ans, est encore fort en état de soutenir la courtoisie.

La première condition, c’est d’être né de gens de quelque chose.

Ceux qui savent le particulier ne croient rien de ceci.

Le public ne va plus au prône, ce qui forme esclandre et irréligion.

Heureusement les vifs du parti, et qui ont le mieux parlé dans les assemblées précédentes du parlement, comme MM. Thomé, Dupré et Parent, sont absents.

chanson.

Broglie sans aucune escorte
Court au quartier de Coigny,
Portant, à la chèvre morte.
Le plus jeune de ses fils.
Et montrant son Landerirette,
Et montrant son Landeriri.

Cela me ruinerait et me mettrait à la chemise.

Chaque membre du parlement triomphe de l’exil de l’archevêque, et est enflé.

C’est un fou et un ratier (qui a des rats dans la tête).