Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/445

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



La chanoinesse. — Elle était tranquille, et avait le goût de l’indécence. Mais elle n’avait des sens et du cynisme qu’à domicile, chez elle, entre ses quatre murs. Dehors, elle était prude.


Cette maison était hautaine et rejetait avec le dédain convenable les divers Poingdestre et Poingdextre épars sur le littoral et dans les îles de la Manche[1].


Sur un petit bout de papier, nous relevons, sans indication de date, cette variante de nom :

Le marquis de Méchante.

Méchante est une grosse tour qui a donné son nom à un château ; le château a donné le nom à la seigneurie[2].


Pour 93.

Le château de la Meilleraye (au duc de Réthel. Mazarin).


La Tour Poingdextre.
Le marquis Gauvain Poingdextre.


Le château de Mauvaise.
Trois tours : La tour Mauvaise
Trois toursmmn La tour Poingdestre.
Trois toursmmmm La tour de Fronpebent.
(Corps de logis L. XIII, les reliant. Là est la bibliothèque.)
Les enfants.

  1. Cette dernière remarque est écrite au verso de la lettre suivante. Nous ne croyons pas devoir en priver le lecteur :
    Paris, boulevard des Italiens, 17.
    21 décembre 1862.

    Laissez-moi vous remercier, Monsieur, de votre lettre si honorable et si bienveillante pour moi. C’est le plus grand encouragement que j’ai pu attendre de mes travaux d’astronomie ; et après avoir respiré, en quelque sorte, dans la lecture de vos ouvrages ce grand souffle d’infini qui les anime, je ne pouvais espérer d’autre bonheur que celui de recevoir votre assentiment direct pour une théorie que je regarde comme la première et la plus belle de toutes les conceptions de la pensée humaine.
    Oh ! si je ne respectais autant votre temps précieux, comme je serais heureux de verser en votre âme quelques-unes des méditations religieuses que l’étude de la nature a développées en moi, mais je suis déjà confus de la liberté que j’ai prise de vous écrire de nouveau pour vous témoigner ma reconnaissance. Je vous prie de m’excuser, et de recevoir mes hommages profonds et sincères.
    C. Flammarion,
    Attaché au bureau des longitudes.
  2. L’écriture semble indiquer que la note sur la Tour Méchante est antérieure à la note sur le Château de Mauvaise. (Note de l’éditeur.)