Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome IX.djvu/466

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Nous avons feuilleté avec soin les volumes d’épreuves, légués par Paul Meurice à la Maison de Victor Hugo, et contenant les corrections et les bons à tirer de Victor Hugo pour Quatrevingt-treize. Nous en reproduisons ci-dessous une page où se trouve affirmée la volonté du poète :

quatrevingt-treize.

  — Brûlons l’échelle, crièrent les paysans.
Et ils brûlèrent l’échelle.
  Quant à la funèbre charrette qu’ils atten-
daient, elle suivait une autre route et elle était
déjà à deux lieues plus loin, dans ce village
où Michelle Fléchard la vit passer au soleil
levant.