Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Roman, tome VIII.djvu/584

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
566
RELIQUAT DE L’HOMME QUI RIT

Une vive fraîcheur pénétra dans la voiture. On était près d’une rivière. En même temps on était près, d’un palais.

Gwynplaine sortit de la voiture.

Cette voiture était un carrosse de voyage dont le compartiment antérieur s’ouvrit en même temps que la portière. Un homme en descendit.

Le carrosse avait quatre chevaux, un cocher et deux postillons. C’était le cocher qui avait ouvert la portière. Il tenait à la main une lanterne sourde.

La lanterne sourde éclaira l’homme qui descendait de la loge du carrosse. Gwynplaine reconnut le personnage péremptoire et respectueux qui était sorti de derrière un pilier dans la cave pénale, et qui était le dernier qui lui avait parlé.

La voiture était arrêtée devant une architecture haute et superbe. La lueur Je la lanterne faisait saillir les reliefs d’une façade seigneuriale couverte de statues et de trophées. On voyait un large portail de pierre ayant des colonnes pour chambranle et pour imposte un massif blason de six pieds de haut magnifiquement sculpté, et à côté du grand portail, un petit.


Fin inédite du chapitre : Serait bon frère s’il n’était bon fils.

1er juillet 1868.

Qu’il puisse y avoir une variété de coups de tonnerre, cela paraît étrange et cela est. Cette variété fatale, Gwynplaine semblait destiné à l’épuiser.

Il demeura où il était, immobile, la tête baissée, comme changé en statue, prêt peut-être à tomber en poussière, souffleté et pétrifié.

Un tel soufflet, d’une telle main, en un tel moment, c’était plus qu’un coup de foudre.

C’était comme la terre tremblant sous lui.

Quand il releva la tête, la dispersion s’était faite. Il n’y avait plus dans le vestibule ni lords, ni laquais. Tout avait disparu avec les carrosses, les uns dedans, les autres derrière.

Quelqu’un qui eût été dans celui de ces carrosses qu’armoriait une couronne ducale, eût pu entendre Ralph de Montagu dire au baron Escrick : « Mon cher, rien n’est plus correct. Frère contre frère. Le français Brantôme, qui fait autorité, accorde même mieux que cela, et dit en propres termes : « Si le père accuse le fils de quelque crime dont il puisse être déshonoré, en certains cas, le fils peut appeler justement le père en duel. »

À quelques pas du perron, quelques carrosses de louage, visibles à leur lanterne, attendaient. Gwynplalnc se jeta dans un de ces carrosses, et dit au cocher :

— À Southwark.

Le cocher ferma la portière, remonta sur son siège et fouetta ses chevaux. Le carrosse partit.

(CONCLUSION.)

Ce que devint Gwynplaine on ne le sait. On trouva l’habit et le chapeau sur la berge de la Tamise, et la Gazette de Londres (?) annonce que lord Clancharlie ayant