Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Théâtre, tome II.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE ROI S’AMUSE

ACTE PREMIER.
m. de saint-vallier.


Une fête de nuit au Louvre. Salles magnifiques pleines d’hommes et de femmes en parure. Flambeaux, musique, danses, éclats de rire. — Des valets portent des plats d’or et des vaisselles d’émail ; des groupes de seigneurs et de dames passent et repassent. — La fête tire à sa fin ; l’aube blanchit les vitraux. Une certaine liberté règne ; la fête a un peu le caractère d’une orgie. — Dans l’architecture, dans les ameublements, dans les vêtements, le goût de la renaissance.

SCÈNE PREMIÈRE.
LE ROI, comme l’a peint Titien ; M. DE LA TOUR-LANDRY.
LE ROI.
Comte, je veux mener à fin cette aventure.

Une femme bourgeoise, et de naissance obscure,
Sans doute, mais charmante !

M. DE LA TOUR-LANDRY.
Et vous la rencontrez
Le dimanche à l’église ?
LE ROI.
À Saint-Germain-des-Prés.
J’y vais chaque dimanche.
M. DE LA TOUR-LANDRY.
Et voilà tout à l’heure
Deux mois que cela dure ?
LE ROI.
Oui.

M. DE LA TOUR-LANDRY.
La belle demeure ?…