Page:Hugo - La Fin de Satan, 1886.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et le vent dans les cieux lentement remuait
Les sombres profondeurs par les rayons trouées.
Dans la fange expiraient des hydres échouées.

C’est dans cet endroit-là, tout étant mort, pendant
Que les nuages gris croulaient sur l’occident
Comme de grands vaisseaux qui dans la nuit chavirent,
C’est là que les forêts et les collines virent
Soudain, tout se taisant dans l’univers détruit,
Un voile blanc marcher droit dans l’ombre et sans bruit ;
Et l’ombre eut peur ; et l’arbre, et la vague, et l’étoile,
Et les joncs, frissonnaient de voir passer ce voile.
Il allait, comme si quelqu’un était dessous.
Les êtres du passé, dans la vase dissous,
Semblaient, cherchant encore à tordre leurs vertèbres,
Rouvrir quand il passait leurs yeux pleins de ténèbres.
Le ciel qui s’entr’ouvrait referma son azur.

Tout à coup une voix sortit du voile obscur ;
Le flot, qui sous le vent redevenait sonore,
Se tut, et quatre fois cette voix vers l’aurore,
Vers le sud, vers le triste occident, vers le nord,
Cria : Je suis Isis, l’âme du monde mort !