Page:Hugo - La Fin de Satan, 1886.djvu/47

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Alors une lueur sortit, sinistre et sombre,
De ces trois noirs témoins des temps qui sont dans l’ombre ;
L’être toujours voilé, blanc et marchant sans bruit,
Se pencha vers la terre et cria dans la nuit,
Et comme s’il parlait à quelqu’un sous l’abîme :
— O père ! J’ai sauvé les trois germes du crime !

Sous la terre profonde un bruit sourd répondit.

Il reprit : — Clou d’airain qui servis au bandit,
Tu t’appelleras Glaive et tu seras la guerre ;
Toi, bois hideux, ton nom sera Gibet ; toi, pierre,
Vis, creuse-toi, grandis, monte sur l’horizon,
Et le pâle avenir te nommera prison.