Page:Hugo - Les Châtiments (Hetzel, 1880).djvu/432

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Stoïques, dans la mort se couchent sans se plaindre,
Tu n’as l’air de songer qu’à dorer et qu’à peindre
L’aile du scarabée errant sur leurs tombeaux.
Les rois font le gibet, toi, tu fais les corbeaux.
Tu mets le même ciel sur le juste et l’injuste.
Occupée à la mouche, à la pierre, à l’arbuste,
Aux mouvements confus du vil monde animal,
Tu parais ignorer le bien comme le mal ;
Tu laisses l’homme en proie à sa misère aiguë.
Que t’importe Socrate ! et tu fais la ciguë.
Tu créas le besoin, l’instinct et l’appétit ;
Le fort mange le faible et le grand le petit,
L’ours déjeune du rat, l’autour de la colombe,
Qu’importe ! allez, naissez, fourmillez pour la tombe,
Multitudes ! vivez, tuez, faites l’amour,
Croissez ! le pré verdit, la nuit succède au jour,
L’âne brait, le cheval hennit, le taureau beugle.
Ô figure terrible, on te croirait aveugle !
Le bon et le mauvais se mêlent sous tes pas.
Dans cet immense oubli, tu ne vois même pas
Ces deux géants lointains penchés sur ton abîme,
Satan, père du mal, Caïn, père du crime !

Erreur ! erreur ! erreur ! ô géante aux cent yeux,
Tu fais un grand labeur, saint et mystérieux !
Oh ! qu’un autre que moi te blasphème, ô nature !
Tandis que notre chaîne étreint notre ceinture,
Et que l’obscurité s’étend de toutes parts,
Les principes cachés, les éléments épars,
Le fleuve, le volcan à la bouche écarlate,