Page:Hugo - Les Misérables Tome III (1890).djvu/400

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



Hugo - Les Misérables Tome III (1890) - XIX SE PRÉOCCUPER DES FONDS OBSCURS.png
XIX


SE PRÉOCCUPER DES FONDS OBSCURS


À peine assis, M. Leblanc tourna les yeux vers les grabats qui étaient vides.

— Comment va la pauvre petite blessée ? demanda-t-il.

— Mal, répondit Jondrette avec un sourire navré et reconnaissant, très mal, mon digne monsieur. Sa sœur aînée l’a menée à la Bourbe se faire panser. Vous allez les voir, elles vont rentrer tout à l’heure.

— Madame Fabantou me paraît mieux portante ? reprit