Page:Hugo - Les Travailleurs de la mer Tome I (1891).djvu/365

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



V

CLUBIN MET LE COMBLE À L’ADMIRATION


On entendit un craquement. Le déchirement d’un flanc de navire sur un bas-fond en pleine mer est un des bruits les plus lugubres qu’on puisse rêver. La Durande s’arrêta court.

Du choc plusieurs passagers tombèrent et roulèrent sur le pont.

Le guernesiais leva les mains au ciel.

— Sur les Hanois ! Quand je le disais !

Un long cri éclata sur le navire.