Page:Hugo - Les Travailleurs de la mer Tome I (1891).djvu/415

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



III

NE TENTEZ PAS LA BIBLE


— Le révérend m’envoie demander si l’homme du Bû de la Rue sera chez lui demain matin.

— Je ne sais point.

Dans les vingt-quatre heures qui suivirent, mess Lethierry ne dormit pas, ne mangea pas, ne but pas, baisa au front Déruchette, s’informa de Clubin dont on n’avait pas encore de nouvelles, signa une déclaration comme quoi il n’entendait former aucune plainte, et fit mettre Tangrouille en liberté.