Page:Hugo - Ruy Blas, édition 1839.djvu/223

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

La Reine.

Vous n’allez pas frapper cet homme ?


Ruy Blas.

Vous n’allez pas frapper cet homme ?Je me blâme
D’accomplir devant vous ma fonction, madame.
Mais il faut étouffer cette affaire en ce lieu.

Il pousse don Salluste vers le cabinet.

— C’est dit, monsieur ! allez là-dedans prier Dieu !


Don Salluste.

C’est un assassinat !


Ruy Blas.

C’est un assassinat !Crois-tu ?


Don Salluste, désarmé, et jetant un regard plein de rage autour de lui.

C’est un assassinat ! Crois-tu ?Sur ces murailles
Rien ! pas d’arme !

À Ruy Blas.

Rien ! pas d’arme !Une épée au moins !


Ruy Blas.

Rien ! pas d’arme ! Une épée au moins !Marquis ! tu railles !
Maître ! est-ce que je suis un gentilhomme, moi ?
Un duel ! fi donc ! je suis un de tes gens à toi,
Valetaille de rouge et de galons vêtue,
Un maraud qu’on châtie et qu’on fouette, — et qui tue.
Oui, je vais te tuer, monseigneur, vois-tu bien ?
Comme un infâme ! comme un lâche ! comme un chien !