Page:Hugo Hernani 1889.djvu/109

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Aux portraits.

Vous voyez ce qu'il veut.

A Hernani.

Vous voyez ce qu'il veut.C'est bon fais ta prière.


Hernani.

Oh ! c'est à toi, seigneur, que je fais la dernière.


Don Ruy Gomez.

Parle à l'autre Seigneur.


Hernani.

Parle à l'autre Seigneur.Non, non, à toi ! Vieillard,
Frappe-moi. Tout m’est bon, dague, épée ou poignard !
Mais fais-moi, par pitié, cette suprême joie !
Duc ! Avant de mourir, permets que je la voie !


Don Ruy Gomez.

La voir !


Hernani.

La voir !Au moins permets que j’entende sa voix,
Une dernière fois ! Rien qu’une seule fois !


Don Ruy Gomez.

L’entendre !


Hernani.

L’entendre !Oh ! je comprends, seigneur, ta jalousie.
Mais déjà par la mort ma jeunesse est saisie.
Pardonne-moi. Veux-tu, dis-moi, que, sans la voir,
S’il le faut, je l’entende ? et je mourrai ce soir.
L’entendre seulement ! contente mon envie !
Mais, oh ! qu’avec douceur j’exhalerais ma vie,
Si tu daignais vouloir qu’avant de fuir aux cieux
Mon âme allât revoir la sienne dans ses yeux !
— Je ne lui dirai rien. Tu seras là, mon père.
Tu me prendras après.