Page:Hugo Hernani 1889.djvu/120

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pour trois voix, s’ils voulaient ! Vois-tu, pour ces trois voix
Oui, trois de mes cités de Castille ou de Flandre,
Je les donnerais ! — sauf, plus tard, à les reprendre !

Don Ricardo salue profondément le roi et met son chapeau sur sa tête.

– Vous vous couvrez ?


Don Ricardo.

– Vous vous couvrez ?Seigneur, vous m’avez tutoyé,

Saluant de nouveau.

Me voilà grand d’Espagne.


Don Carlos, à part.

Me voilà grand d’Espagne.Ah ! Tu me fais pitié,
Ambitieux de rien ! – Engeance intéressée !
Comme à travers la nôtre ils suivent leur pensée !
Basse-cour où le roi, mendié sans pudeur,
A tous ces affamés émiette la grandeur !

Rêvant.

Dieu seul et l’empereur sont grands ! – et le saint-père !
Le reste, rois et ducs ! qu’est cela ?


Don Ricardo.

Le reste, rois et ducs ! qu’est cela ? Moi j'espère
Qu’ils prendront votre altesse.


Don Carlos, à part.

Qu’ils prendront votre altesse.Altesse ! Altesse, moi !
J’ai du malheur en tout. — S’il fallait rester roi !


Don Ricardo, à part.

Baste ! empereur ou non, me voilà grand d’Espagne.


Don Carlos, haut.

Sitôt qu’ils auront fait l’empereur d’Allemagne,
Quel signal à la ville annoncera son nom ?


Don Ricardo.

Si c’est le duc de Saxe, un seul coup de canon.
Deux, si c’est le français. Trois, si c’est votre altesse.