Page:Hugo Hernani 1889.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
23
ACTE I. — LE ROI.

Hernani, la main sur la garde de son épée.

Quel est cet homme ?


Doña Sol.

Quel est cet homme?Ô ciel ! Au secours !


Hernani.

Quel est cet homme? Ô ciel ! Au secours !Taisez-vous,
Doña Sol ! Vous donnez l’éveil aux yeux jaloux.
Quand je suis près de vous, veuillez, quoi qu’il advienne,
Ne réclamer jamais d’autre aide que la mienne.

À don Carlos.

Que faisiez-vous là ?


Don Carlos.

Que faisiez-vous là ?Moi? Mais, à ce qu’il paraît,
Je ne chevauchais pas à travers la forêt.


Hernani.

Qui raille après l’affront s’expose à faire rire
Aussi son héritier.


Don Carlos.

Aussi son héritier.Chacun son tour ! – Messire,
Parlons franc. Vous aimez madame et ses yeux noirs,
Vous y venez mirer les vôtres tous les soirs,
C’est fort bien. J’aime aussi madame, et veux connaître
Qui j’ai vu tant de fois entrer par la fenêtre,
Tandis que je restais à la porte.


Hernani.

Tandis que je restais à la porte.En honneur,
Je vous ferai sortir par où j’entre, seigneur.


Don Carlos.

Nous verrons. J’offre donc mon amour à madame.
Partageons. Voulez-vous ? J’ai vu dans sa belle âme