Page:Hugo Hernani 1889.djvu/41

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
33
ACTE I. — LE ROI.

Car de ces pièces-là, si j'ai bonne fortune,
Je compte au saint-empire en recoudre plus d'une.
Et, si quelques lambeaux m'en étaient arrachés.
Rapiécer mes états d'îles et de duchés !

don ruy gomez.

Consolez- VOUS ! il est un empire des justes
Où l'on revoit les morts plus saints et plus augustes !

don carlos.

Ce roi François premier, c'est un ambitieux !
Le vieil empereur mort, vite il fait les doux yeux
À l’empire ! A-t-il pas sa France très chrétienne ?
Ah ! La part est pourtant belle, et vaut qu’on s’y tienne !
L’empereur mon aïeul disait au roi Louis :
Si j’étais Dieu le père, et si j’avais deux fils,
Je ferais l’aîné dieu, le second roi de France. —

Au duc.

Crois-tu que François puisse avoir quelque espérance?

don ruy gomez.

C’est un victorieux.

don carlos.

Il faudrait tout changer.
La bulle d’or défend d’élire un étranger.

don ruy gomez.

À ce compte, seigneur, vous êtes roi d’Espagne?

don carlos.

Je suis bourgeois de Gand.

don ruy gomez.

La dernière campagne
A fait monter bien haut le roi François premier.