Page:Hugo Hernani 1889.djvu/62

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
54
HERNANI.

Il ne sied pas qu’ainsi ma vengeance m’échappe.
Tu ne seras touché par un autre que moi.
Défends-toi donc.

Il tire son épée.
don carlos.

Je suis votre seigneur le roi.
Frappez : mais pas de duel.

hernani.

Seigneur, qu’il te souvienne
Qu’hier encor ta dague a rencontré la mienne.

don carlos.

Je le pouvais hier. J’ignorais votre nom,
Vous ignoriez mon titre. Aujourd’hui, compagnon,
Vous savez qui je suis et je sais qui vous êtes.

hernani.

Peut-être.

don carlos.
Pas de duel. Assassinez-moi : faites !
hernani.

Crois-tu donc que pour nous il soit des noms sacrés ?
Ah, te défendras-tu ?

don carlos.
Vous m’assassinerez !
Hernani recule. Don Carlos fixe des yeux d’aigle sur lui.

Ah ! Vous croyez, bandits, que vos brigades viles
Pourrons impunément s’épandre dans mes villes ?
Que teint de sangs, chargés de meurtres, malheureux !
Vous pourrez, après tout, faire les généreux !
Et que nous daignerons, nous, victimes trompées,
Anoblir vos poignards du choc de nos épées ?