Page:Hugo Hernani 1889.djvu/70

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
HERNANI.
hernani, se recouchant sur le banc de pierre.

Rendormons-nous[1] !

un montagnard, l’épée à la main, accourant.

Seigneur ! Les sbires, les alcades
Débouchent dans la place en longues cavalcades !
Alerte, monseigneur !

Hernani se lève.
doña sol, pâle.
Ah ! Tu l’avais bien dit.
le montagnard.

Au secours !

hernani, au montagnard.
Me voici. C’est bien.
cris confus, au dehors.
Mort au bandit !
hernani, au montagnard.

Ton épée.

À doña Sol.
Adieu donc !
doña sol.

C’est moi qui fais ta perte !
Où vas-tu ?

Lui montrant la petite porte.

Viens, fuyons par cette porte ouverte !

hernani.

Dieu ! Laisser mes amis ! Que dis-tu ?

Tumulte et cris.
doña sol.

Ces clameurs
Me brisent.

  1. Autre version : Viens dans mes bras.