Page:Hugo Hernani 1889.djvu/71

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
63
ACTE II — LE BANDIT.
Retenant Hernani.

Souviens-toi que si tu meurs, je meurs !

hernani, la tenant embrassée.

Un baiser !

doña sol.
Mon époux ! mon Hernani ! mon maître !
hernani, la baisant sur le front.

Hélas ! C’est le premier !

doña sol.
C’est le dernier peut-être.
Il part ; elle tombe sur le banc.