Page:Hugo Hernani 1889.djvu/84

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
76
hernani.

Scène III

LES MÊMES, DOÑA SOL, PAGES, VALETS, FEMMES.

Don Ruy Gomez, continuant.

Voici ma Notre-Dame à moi. L’avoir priée
Te portera bonheur.

Il va présenter la main à doña Sol, toujours pâle et grave.

Te portera bonheur.Ma belle mariée,
Venez. — Quoi ! Pas d’anneau ! Pas de couronne encor !


Hernani, d'une voix tonnante.

Qui veut gagner ici mille carolus d’or ?

Tous se retournent étonnés. Il déchire sa robe de pèlerin, la foule aux pieds et en sort dans son costume de montagnard.

Je suis Hernani !


Doña Sol, à part, avec joie.

Je suis Hernani !Ciel ! vivant !


Hernani, aux valets.

Je suis Hernani ! Ciel ! vivant !Je suis cet homme
Qu’on cherche.

Au duc.

Qu’on chercheVous vouliez savoir si je me nomme
Perez ou Diego ? – Non ! Je me nomme Hernani.
C’est un bien plus beau nom, c’est un nom de banni,
C’est un nom de proscrit ! Vous voyez cette tête ?
Elle vaut assez d’or pour payer votre fête !

Aux valets.

Je vous la donne à tous. Vous serez bien payés !
Prenez ! liez mes mains, liez mes pieds, liez !