Page:Hugo Hernani 1889.djvu/85

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais non, c’est inutile, une chaîne me lie
Que je ne romprai point.


Doña Sol, à part.

Que je ne romprai point.Malheureuse !


Don Ruy Gomez.

Que je ne romprai point. Malheureuse !Folie !
Çà, mon hôte est un fou !


Hernani.

Çà, mon hôte est un fou !Votre hôte est un bandit.


Doña Sol.

Oh ! Ne l’écoutez pas.


Hernani.

Oh ! Ne l’écoutez pas.J’ai dit ce que j’ai dit.


Don Ruy Gomez.

Mille carolus d’or ! monsieur, la somme est forte
Et je ne suis pas sûr de tous mes gens.


Hernani.

Et je ne suis pas sûr de tous mes gens.Qu’importe ?
Tant mieux si dans le nombre il s'en trouve un qui veut.

Aux valets

Livrez-moi ! vendez-moi !


Don Ruy Gomez, s'efforçant de le faire taire.

Livrez-moi ! vendez-moi !Taisez-vous donc ! on peut
Vous prendre au mot.


Hernani.

Vous prendre au mot.Amis, l'occasion est belle !
Je vous dis que je suis le proscrit, le rebelle,
Hernani !