Page:Hume - Œuvres philosophiques, tome 4, 1788.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
27
sur les Passions.

voilà pourquoi ils admirent sans cesse ce qu’ils ont vu dans ces contrées, qu’ils le trouvent plus beau, plus utile, plus rare, & supérieur à tous égards aux productions de la leur.

Si nous tirons vanité d’un pays, d’un climat, de toutes les choses inanimées qui ont de la relation avec nous faut-il être surpris que nous nous enflions des qualités de ceux qui nous sont unis par les liens du sang ou de l’amitié ? Les qualités qui nous donnent de l’orgueil, lorsqu’elles nous sont personnelles, nous en donnent encore, quoique dans un moindre degré, lorsque nous les remarquons dans nos amis, ou dans des personnes qui nous appartiennent : l’homme fier saisit avidement les occasions de prôner la beauté, l’adresse, le mérite, le crédit, les honneurs dont jouissent ses parens ; ce sont-là autant d’appuis de la bonne opinion qu’il a de lui-même.

Fiers de nos richesses, nous voudrions que tous ceux qui sont en relation avec nous fussent riches comme nous ; & nous avons honte de la pauvreté de nos parens & de nos